Banque cantonale du Valais

La valeur ajoutée humaine, un atout capital › L'humain précieuse ressource › Ressources humaines › La BCVs

L'humain précieuse ressource La valeur ajoutée humaine, un atout capital
La BCVsRessources humaines

L'humain précieuse ressource

Avec 536 collaboratrices et collaborateurs, dont 23 apprentis et 9 stagiaires, la Banque Cantonale du Valais compte parmi les employeurs et formateurs les plus importants du canton. C’est l’une des plus grandes entreprises 100 % valaisanne. Traduit en emplois à plein temps, l’effectif se chiffre au 31 décembre 2017 à 464,1 postes.

Avec 249 femmes, soit 46,5 % de l’effectif total, la BCVs se rapproche chaque année un peu plus de l’équilibre des genres. La moyenne d’âge se situe à 41,5 ans. Le taux de rotation s’élève à 5,2 %, voire 2,3 % sans tenir compte des départs à la retraite et des congés maternité. Les collaboratrices et collaborateurs de la BCVs font donc preuve, comparativement à d’autres entreprises, d’une fidélité particulièrement importante. Pour la Banque, cette constance est un atout qui influence positivement la relation avec le client, inscrite sous le signe de la confiance et de la pérennité. Néanmoins, le renouvellement de nombreux postes, suite à des départs à la retraite enregistrés ces dernières années, a influencé l’ancienneté, dont la durée moyenne passe de 16,5 ans en 2013 à 14,4 ans en 2017.

La formation continue

Dans un secteur bancaire fortement concurrencé et dans un cadre d’affaires en pleine mutation, la formation continue est l’une des priorités de la BCVs. En 2017, 1’166 jours cumulés ont été consacrés à ce type de perfectionnement. Le management, les aspects légaux et de compliance, les produits (dont l’introduction des BCVs Conto Pack), la prévention du burn out et du harcèlement et les outils informatiques ont constitué les principaux thèmes abordés lors de ces cours. 77 personnes poursuivent une formation de longue durée, en lien avec leur domaine d’activité au sein de la Banque : il s’agit là d’un record, qui démontre l’engagement des collaboratrices et collaborateurs.

Motivation, santé et performance au travail

Soucieuse du bien-être de ses collaboratrices et collaborateurs, la Banque Cantonale du Valais propose depuis plusieurs années des mesures de promotion de la santé et de la sécurité au travail. Soutenir les collaborateurs dans la gestion des difficultés personnelles, prévenir l’absentéisme ou encore préserver la motivation et une bonne ambiance sur le lieu de travail constituent autant d’objectifs visés par cette approche. Depuis 2012, la BCVs bénéficie d’un service social d’entreprise. Le mandat a été confié à la société Pro Itera, active dans le service social d’entreprise, le coaching et le conseil en organisation. Les employés de la BCVs qui le souhaitent peuvent ainsi bénéficier d’un soutien professionnel gratuit pour les aider à gérer leurs difficultés, privées ou professionnelles.

La BCVs - une entreprise formatrice

En 2017, huit apprentis de la BCVs ont obtenu leur Certificat Fédéral de Capacité (CFC) d’employé de commerce « Banque ». Labellisée « entreprise formatrice » par l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT), la BCVs se positionne comme un acteur de référence dans le domaine de la formation des jeunes.

L’essentiel de l’apprentissage se déroule à la place de travail. La BCVs organise un plan de formation permettant aux apprentis de découvrir les métiers principaux de la Banque. L’apprentissage de commerce bancaire dure trois ans. L’emploi du temps est réparti entre une activité pratique sur la place de travail et des cours théoriques auprès d’une école professionnelle. Au terme de sa formation, l’apprenti obtient un Certificat Fédéral de Capacité (CFC). S’agissant de la maturité, deux jours de cours font partie du planning hebdomadaire de l’apprenti durant les trois ans de formation. En plus du CFC, il obtient, une fois ses examens réussis, une maturité professionnelle commerciale. De plus, les apprentis suivent des cours spécifiques à la filière bancaire, répartis sur toute la durée de l’apprentissage. Ils ont lieu au Center for Young Professionnals in Banking à Lausanne pour les apprentis francophones et à Berne pour les germanophones.

Un programme de formation en 18 mois

La BCVs propose également un programme de formation de 18 mois destiné spécifiquement aux porteurs d’une maturité professionnelle commerciale ou d’une maturité gymnasiale désirant débuter leur carrière professionnelle dans le secteur bancaire. En plus des cours sur le lieu de travail, ils suivent une formation théorique au Center for Young Professionals in Banking (CYP) auxquels s’ajoute une préparation individuelle (travaux personnels et formation à distance).

32 nouveaux diplômés

En 2017, 17 collaboratrices et collaborateurs ont obtenu leur certificat de conseiller clientèle SAQ : neuf avec un profil de conseiller-ère à la clientèle privée (CP), six avec un profil de conseiller-ère à la clientèle individuelle (CI) et deux avec un profil de conseiller-ère Private Banking et Premium Certified (CWMA - Wealth Management Advisor).

15 autres collaboratrices et collaborateurs ont terminé une formation de longue durée et obtenu l’un des diplômes suivants : un Master of Advanced Studies (MAS) en banque et finance, trois diplômes en économie bancaire ESBF, un Certificate of Advanced Studies (CAS) en finance et comptabilité, un CAS en droit des marchés financiers, un CAS en compliance management, deux bachelors en économie entreprise HES, un certificat Banking & Finance Essentials du Center for Young Professionals in Banking (CYP), un diplôme fédéral d’expert en finance et investissements CIWM, un brevet fédéral d’informaticien en développement d’applications TIC, un brevet fédéral d’assistante de direction, un brevet fédéral de logisticien (spécialisation stockage) et un certificat d’assistante en gestion du personnel BPIH.

Certification des compétences

Afin de répondre à l’évolution des exigences légales et réglementaires (loi sur les services financiers – LSFin -, directive sur les marchés d’instruments financiers, etc.) ainsi que pour permettre aux conseillères et conseillers de répondre aux exigences croissantes de la clientèle, les Banques Cantonales Latines (BCL) et deux grandes banques suisses ont convenu d’utiliser un standard commun, accrédité par la Confédération, pour la certification officielle des compétences professionnelles de leurs conseillers à la clientèle. Elles établissent ainsi des références comparables sur la place financière suisse pour certifier la compétence et le savoir-faire de leurs collaboratrices et collaborateurs des domaines de la gestion de patrimoine, du conseil à la clientèle privée et aux entreprises. Le développement des compétences et l’employabilité des collaborateurs constituent un objectif prioritaire de la BCVs, qui joue un rôle actif dans ce partenariat. La BCVs a accompagné la préparation de ses collaborateurs, en leur offrant la possibilité de suivre des séminaires et divers ateliers de travail BCL ainsi que des cours de préparation à l’examen oral SAQ.

Caisse de pension

La Banque Cantonale du Valais fournit à ses collaboratrices et à ses collaborateurs les prestations d’une caisse de pension autonome. Elle assure elle-même la gestion de la caisse et de sa fortune. Les assurés de la Caisse de retraite et de prévoyance du personnel de la BCVs (CR BCVs) sont soumis au système de la primauté des cotisations. Le 19 décembre, sur la base d’une analyse menée par la société spécialisée HPR SA, le Conseil de Fondation a pris la décision d’adopter des modifications relatives au plan de prévoyance, afin d’assurer le maintien des prestations de retraite et le système de financement actuels. Ces modifications du plan de prévoyance, effectives dès le 1er janvier 2018, concernent l’âge terme, qui est porté à 64 ans ainsi que le taux technique, qui passera de 2,75 % à 2 %.

Concernant l’augmentation de l’âge de la retraite, le plan de prévoyance actuel de la Caisse de retraite BCVs est dans la moyenne des autres banques étudiées, qu’il s’agisse de salaire assuré ou de prestations globales. Le passage de 62 ans à 64 ans est ainsi optimal pour permettre à la caisse d’assumer les prestations vieillesse.

Newsletter - Soyez toujours informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter dès maintenant !