La BCVs Publications

Clin d'oeil sur les marchés

Avec Daniel Rotzer, CFA, Economiste responsable et Maria Guglielmino, Gestionnaire Asset Management

Après la grande crise financière des années 2008-2009, les différentes Banques Centrales ont abaissé leur taux de référence à des niveaux jamais vu auparavant. De plus, le Franc Suisse s’est fortement apprécié. Même si, initialement, la Banque Nationale Suisse (BNS) est intervenue activement pour défendre un seuil minimal à CHF 1.20 par euro, elle a dû abandonner ce taux plancher en janvier 2015 et abaisser les taux d’intérêt pour rendre le Franc Suisse encore moins attractif. Après une période de forte croissance depuis 2016, l’Europe se trouve aujourd’hui dans une situation de décélération de croissance et est confrontée à des défis structurels importants comme l’endettement étatique. Dans un tel environnement, la BCE devra intensifier le support monétaire, limitant donc une hausse potentielle des taux d’intérêt en Euro. Par conséquent, comme une forte accélération de la croissance n’est pas attendue en Europe et comme l’inflation se tient dans des limites acceptables, une première hausse de taux semble lointaine.

La plupart des indices actions ont déjà récupéré les pertes subies en 2018. Et ce, dans un environnement où les chiffres économiques ainsi que les indicateurs économiques avancés signalent plutôt une décélération de la croissance. L’Italie est techniquement entrée en récession en 2018 suite à la publication d’un deuxième trimestre consécutif annonçant une croissance négative. L’Allemagne évite de justesse la récession. Deux commentaires du président de la Banque Centrale Américaine (Fed), en janvier 2019, ont été les principaux facteurs de la continuation du rebond en février 2019. Monsieur Powell a communiqué qu’il serait patient dans la poursuite des hausses de taux et qu’il serait flexible concernant la réduction du bilan de la Fed. 
Quatre facteurs tels que la politique accommandante des Banques Centrales, la pression d’une dégradation de la croissance globale incitant les leaders à trouver des accords, la stabilisation de certains indicateurs économiques et les mesures de relance de la Chine devraient positivement influencer le sentiment des acteurs économiques et financiers et supporter le scénario d’un atterrissage en douceur de la croissance globale. 
 

Commande de la publication au format papier

Editions Qté
Version actuelle au format papier Version actuelle au format papier
Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive Si vous n’arrivez pas à lire tous les chiffres, cliquez ici.

Newsletter - Restez toujours informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter dès maintenant !